N°21,la TWR-Porsche de 1996

Publié le par T.Beaufort

 

Devoirs de vacances :

 

Pour ces vacances 2007, j’avais plusieurs objectifs. L’un d’eux était de réduire mon retard des lectures d’auto hebdo, objectif partiellement atteint. Autre souhait, faire enfin connaissance avec mon nouvel appareil photo. Enfin, et non des moindres, écrire un nouvel article. Alors, j’ai emmené des devoirs de vacances un peu particuliers.

Voici enfin l’article sur l’histoire tumultueuse de la JaguarMazdaPorscheJoestTWR-Porsche !

 

 

 

Saurez vous retrouver le fabricant de chaque miniature ? Pas si facile.

N°21,TWR-Porsche, de Jaguar à Porsche.

Pendant longtemps, les constructeurs possédaient directement leurs propres services compétition. Même si cela reste toujours le cas pour beaucoup, on a vu apparaître une autre tendance : L’externalisation, c’est à dire confier cette responsabilité à une entreprise spécialisée .La plus connue étant Prodrive, qui gère entres autres le programme Subaru en rallye, et Aston-Martin en GT1. En France, Oréca fait figure de leader, avec le programme Saleen en GT1.

 

C’est ce qui s’est produit pour Jaguar dans les années 80, puisque le programme sportif était confié au «  Tom Walkinshaw Racing », plus connu sous le diminutif « TWR ».

En 1991, TWR a conçu la Jaguar XJR14, pour concurrencer les Mercedes C291, et la nouvelle Peugeot 905 (On en reparlera …).Trois châssis seront construit. Mission accomplie en fin de saison avec un dernier titre de champion du monde constructeur pour Jaguar, qui se retire de l’endurance, et part courir aux USA, le championnat IMSA. Deux voitures seront détruites en course, et le châssis survivant (N°192), ranger dans un coin du garage.

Surprise début 1992, lorsque l’on découvre la nouvelle Madza. Le moteur rotatif étant désormais interdit, Mazda a eu recours à un subterfuge pour défendre son succès  au Mans.

La nouvelle MX-R01, est une…Jaguar XJR14 propulsée par un…V10 Judd rebadgé Mazda !

TWR est une entreprise, et à conclu un accord avec Mazda pour la saison 92. Bilan, une belle quatrième place au Mans.

En  1993 et 1994, on entend plus parler ni des Mazda, ni des Jaguar. En 1995, c’est Porsche qui fait parler de lui. Pour préparer un retour officiel au Mans, après le succès des Dauer-Porsche en 1994, le constructeur allemand pressé par le temps a construit une nouvelle voiture répondant à la nouvelle réglementation WSC (World Sport Car), la Porsche WSC 95. Assemblage d’un moteur de Porsche 962C, et d’un châssis…Jaguar. Les dirigeants de l’IMSA prendront peur et modifieront le règlement quinze jours avant les 24 Heures de Daytona. Exit le retour de Porsche en proto, et fin provisoire de l’aventure.

 

 

Surprise aux essais d’avril 1996, c’est le Joest Racing qui a récupéré les deux châssis. Ceux ci ont évolués, la modification la plus visible étant la prise d’air moteur décentrée.

Pour les 24 Heures, les deux voitures sont engagées, la n°7, le vieux châssis Jaguar n°192, pour Jones/Reuter /Wurz, la n°8, avec le châssis neuf, pour Alboreto /Martini/Theys. Les TWR-Porsche font figure d’outsider, face aux nombreuses Mc Laren F1GTR et aux ….Porsche 911GT1 engagées par l’usine.

 

La Porsche 911 GT1 de l'usine.C'est elle qui devait l'emporter.....

 

La Mc Laren F1 GTR.Si elle ne réedita pas l'exploit de l'année précédente,elle réussie néanmoins à prendre une belle quatrième place.

C’est pourtant la n°7, qui rapidement se retrouvera aux commandes et triomphera à la barbe de l’usine. Beau joueur, Porsche offre à Reinhold Joest le châssis gagnant, le fameux châssis Jaguar n°192,et décrète aussitôt qu’il ne fournira plus de pièces détachées au possesseurs de protos.

 

 

La TWR Porsche,c'est elle.Un coktail germano-britannique finalement très efficace.Ici la version Altaya.

 

La version produite par Trofeu. Difficile de les distinguer au premier regard.

Pour les 24 Heures du Mans 1997, Porsche revient avec une nouvelle évolution de sa Porsche 911 GT1, alors qu’il a vendu l’ancienne version aux écuries privées. Seul le Joest racing n’en dispose pas et préfère aligner son proto TWR-Porsche. Face aux Mc Laren F1 GTR, avec leurs nouvelle carrosseries longues queues, aux nouvelles Nissan R390 GT1 engagées par….TWR, on donne peu de chance à cette vielle voiture esseulée.

Longtemps, on a cru que la Porsche 911 GT1 de Bob Wolleck allait enfin remporter les 24 Heures cette année là. Ni les Mc Laren, un peu juste en performance, ni les Nissan, par encore assez endurantes ne semblaient en mesure d’inquiéter les Porsche 911 GT1.Mais lorsqu’au matin, l’abandon de la voiture de tête sur une sortie de route propulse la TWR-Porsche à la première place, il faut bien admettre que ce diable de Reinhold Joest est vraiment très malin.

Seconde victoire consécutive du numéro 7, seconde victoire du châssis n°192, comme un certain …Reinhold Joest en 1984 et 1985 avec le châssis n°117 de la Porsche 956 n°7 !

Notez aussi que c’est la première victoire d’un certain…. Tom Kristensen.

Pour 1998, l’usine récupère l’engagement des deux voitures, rebaptisées Porsche LMP1 . Une nouvelle carrosserie et l’ensemble moteur, boite et suspension de la 911 GT1 justifie ce changement d’appellation. Engagées en soutien des nouvelles 911 GT1 –98, elles disparaîtront sans avoir joué aucun rôle dans la course. Cet échec passera inaperçu en raison du triomphe des Porsche 911 GT1 d’usine, face à Toyota et à Nissan.

Si la carrière mancelle de la voiture s’arrête là, Joest récupérera son châssis, et, avec une mécanique de 962C, la fera encore triompher à Donnington. Dernier feu aux Petit Le Mans, avec une belle seconde place.

Enfin, à partir de 1999,Joest devient l’antenne sportive officiel d’un grand constructeur : Audi, avec les résultats que l’on connaît.

 

Les 7 erreurs de la TWR-Porsche :

Si les autres miniatures Porsche de cette collection ont souvent été bâclées, il faut bien reconnaître que ce n’est pas la cas de celle-ci, qui reste une exclusivité dans la gamme Ixo.

Seul Trofeu avait jusqu'à maintenant reproduit cette Porsche, puisse que c’est ainsi que l’on la considère.

 

 

Traditionelle vue de dessus.Match nul.Le modèle Ixo est celui de...gauche.

 

Alors que reprocher à cette miniature ? Pas grand chose. Les puristes feront remarqués qu’il manque le crochet de remorquage au centre du capot avant, que les deux prises d’air de part et d’autres du capot moteur devraient être de la même teinte que la carrosserie et non pas noire, qu’il manque la marquage des pneus . C’est bien peu en regard du prix, pour une miniature aux formes exactes.

 

 

Pour les reconnaitres,c'est facile. Sur la version Ixo,pas de sigle "D2" sur les prises d'air des turbos.

 

Ici,la version Trofeu.Un comble, pas de marquage des pneus sur un modèle du commerce !

Note : La TWR-Porsche.

 

 

Même si c’est loin d’être la plus emblématique des Porsche, cette TWR-Porsche par son palmarès et son étonnante histoire mérite de figurer dans toutes collections.

Intérêt : 10/10, l’intérêt historique du modèle (elle a gagnée).

Forme : 10/10, les formes sont bien rendues.

Décoration : 9/10, il manque des autocollants D2 sur les deux prises d’air des turbos.

Finition : 9/10, rien à ajouter.

Note finale : 9/10

Pour le plaisir des yeux,la Porsche 911 GT1,seconde de l'édition 1996.

Pour teminer,une seconde photo de la Mc Laren aux couleurs "Gulf".Un sponsor mythique des 24 Heures.On y reviendra bien un jour....

Voilà, j’ai rendu ma copie !! En espérant avoir le temps de continuer. Pourquoi pas la seconde partie de l’article sur Ma Collection « Michelin ».

A noter : La TWR-Porsche de 1997 est sortie depuis dans la collection des monstres sacrés de l’endurance, avec quelques erreurs. La Mc Laren FI GTR classée seconde cette année là, est aussi sortie dans cette collection.

 

 

Publié dans lemanscollection

Commenter cet article