N°18,la Panoz LMP01 Evo de 2002

Publié le par T.Beaufort

 

 

Les Deux Panoz LMP01 Evo devant le stand.Clin d'oeil au film "Michel Vaillant" tourné au Mans cette année là.Cette une Panoz LMP qui jouait le role du méchant "Leader".

 

La Panoz LMP-01 Evo, le rêve américain au Mans

 

Don Panoz est un homme heureux. Il est américain et riche. En tant que citoyen américain, il voit les choses en grand, en tant que milliardaire, il a les moyens de ses ambitions. Il est passionné d'automobiles, et du coup, il n'hésite pas à créer sa propre marque. Après un premier roadster, il présente en 1995 : L'Espérante.

Puis, il n'hésite pas à créer une série, l'ALMS, sur le modèle  du règlement des 24 Heures. Il crée aussi  une épreuve phare de ce championnat, le Petit Le Mans, sur le circuit de Road Atlanta, qui lui appartient. Dès 1997, une drôle de machine, la Panoz Espérante GTR1 est engagée dans ce type de compétition. Son moteur placé  l'avant, son long capot, lui valent rapidement le surnom de « batmobile ».

On verra ces fameuses Panoz au Mans en 1997 et 1998. Nous en reparlerons le moment venu.

 

 

 

Pour reconnaitre la n°11, il faut remarquer les trois étoiles à l'avant du capot,et les rétroviseurs rouges.

 

 

La n°12.Deux étoiles et des rétroviseurs bleus. 

En 1999, apparaît un prototype, engagé en LMP1, La Panoz LMP. Elle dérive étroitement de l'Espérante GTR1.Elle a gardé son moteur (un V8 d'origine Ford) à l'avant, et son long capot.

Du coup, le pilote semble complètement rejeté à l'arrière, d'où une silhouette unique. Pour couronner le tout, la Panoz LMP fait un bruit d'enfer à chaque passage, et concurrence les Chevrolet Corvette dans ce registre. Il faut l'avoir « entendue » passé pour comprendre. Bref, il n'en faut pas beaucoup plus pour en faire une chouchoute du public.

Les résultats tarderont à venir (une cinquième place en 2000), et pour 2001, Don Panoz présente une nouvelle voiture (la LMP07) avec un nouveau V8, made in Panoz. La voiture sera un échec total, et pour 2002,Panoz ressort la LMP,baptisée LMP01 Evo. La voiture à changé, (carénage des sorties d?air, nouveau support d'aileron...) et arbore une superbe livrée « Stars and Stripes », conséquence des évènement de septembre 2001.

Mais face aux invincibles Audi R8, les Panoz LMP01 Evo ne pourront rien. Pire, elles ne joueront aucuns rôles actif dans la course, et abandonneront toutes les deux.

L'année 2003 leur sera plus favorable, puisque qu'une Panoz LM¨P Evo arrachera dans la dernière heure de course, la cinquième place, face à la Courage Judd de Jean Marc Gounon.

Ce sera la dernière apparition au Mans de la Panoz LMP.

 

Les 7 erreurs de la Panoz LMP01 Evo :

Pour une fois, cette Panoz n'était pas une exclusivité. Et par chance, je possédais la voiture soeur de l'écurie, ce qui me permet, pour la troisième fois, d'avoir l'écurie au complet après les MG Lola de 2002, et les Corvette de 2002. Merci Altaya.

 

L'examen de cette Panoz est très rapide, car les différences entre les deux miniatures sont minimes.

Il manque les crochets de remorquages avant et arrière. Les phares avant n'ont pas le même regard, mais la différence est tout à fait acceptable.

Sinon, c'est au niveau des détails de finitions qu'il faut chercher les différences. Les attaches capot ne sont pas peintes en alu, il manque les petites flèches rouges devant ces attaches. La sortie d'échappement n'est pas peinte en gris métal, et c'est tout.

Donc, un excellent bilan pour cette Panoz. Et ce n'est pas les vitres des rétroviseurs, peints en alu sur la 11, avec une vitre réfléchissante sur la 12 qui feront la différence.

 

Difficile de les distinguer. Le crochet de remorquage,à droite permet de retrouver la Panoz  d'Ixo. Les phares sont plus lumineux,et les attaches capots peintes en alu.

 

 

Vue de derrière.Meme chose,encore le crochet de remorquage ,à droite.

 

Note : La Panoz LMP01 Evo :

Intérêt : 6/10, cette Panoz vaut surtout pour sa décoration, et sa silhouette inhabituelle, à défaut d’un palmarès éloquent.

Forme : 10/10, Forme très  bien rendues.

Décoration : 10/10,  La décoration est complète.

Finition : 9/10, Quasi sans faute. Difficile de remarquer qu’il s’agit d’une série presse.

Note finale : 10/10. Une des très bonnes miniatures de la collection.

 

 

 

La partie derrière la sortie d'échappement n'est pas peinte sur la n°11.

 

 

Difficile à voir,mais sur la n°12,il y a cette petite touche gris métal à la sortie de l'échappement.

 

 

Voilà, c’est fini… pour aujourd’hui. Le Mans collection prend quelques vacances. Retour en septembre... si ma nouvelle activité professionnelle me le permet. Il vous faudra être très patient.

Sinon, merci d’être  venu lire ce blog, et merci à ceux qui ont laissé un commentaire.

 

 

Publié dans lemanscollection

Commenter cet article

vennetier 11/12/2006 00:21

collectionneur des vainqueurs LE MANS 1923 A 2006 BRAVO pour votre blog ....continuez