N°10, La Ferrari 250 LM de 1965

Publié le par T.Beaufort

 

N°10, La Ferrari 250 LM de 1965, la mal aimée de Maranello :

Drôle d’histoire que celle de la 250 LM. Née GT, une sombre histoire de problème d’homologation, l’obligeât à courir contre les vrais prototypes. Un peu à l’image de l’actuelle Maserati MC 12, GT (Ou vrai prototype ?) conçue uniquement pour la course que l’ACO n’a jamais voulu homologuer. Mais ceci est une autre histoire.

 

 

Ferrari 250 LM. Rouge,bien sur !

 

 

En 1963,le règlement fait encore la part belle à la catégorie GT. Mais, l’arrivée du projet « Ford GT 40 » inquiète Enzo Ferrari. La 250 LM (Pour Le Mans),est fortement dérivée du prototype 250 P. Mais Enzo Ferrari la présente comme une « évolution » de la Ferrari 250 GTO. Comme,pour la GTO,la CSI (la FIA de l’époque),a été abusé pour l’homologation de la Ferrari 250 GTO,elle refuse catégoriquement de considérer qu’une voiture à moteur central soit une évolution d’un modèle à moteur…avant. Ferrari aura beau protester, menacer,la CSI tiendra bon,et la Ferrari 250 LM ne sera pas homologué en GT. (Seulement 32 voitures seront finalement produites).

Du coup,elle sera délaissée par l’usine,et deviendra l’arme des concurrents privés. Ce qui ne l’empêchera pas de remporter de nombreuses courses. Et ,par un pied de nez ,elle rentrera dans l’histoire en remportant les 24 Heures 1965,à la barbe des Ferrari d’usine. De plus ,ce sera la dernière victoire d’une Ferrari au Mans.

Même si elle n’aura pas la carrière qu’elle aurait été en droit d’avoir,la Ferrari 250 LM sera l’arme des écuries privées( NART, Ecurie Francorchamps,Maranello Concessionnaires ,Scudéria Filipinetti ….) pendant  plusieurs saisons.  Au Mans,elle commencera en 1964,et se terminera en 1969. Quant au châssis victorieux au Mans (n°5893),il aura l’honneur d’être la dernière 250 LM engagée en compétition,à l’occasion des 24 Heures de Daytona 1970 .

Voici donc (voir l’article sur  la Ferrari 250 Testa Rossa de 1958), une seconde voiture d’avant 1966, qui rentre dans ma collection. Du même coup, une deuxième Ferrari victorieuse.

 

 

La course a déja commencée entre les 2 versions de cette Ferrari.place au match.

 

Les 7 erreurs de la Ferrari 250 LM :

 

Encore un modèle inédit au moment de sa sortie en kiosque. Depuis,Ixo à produit la version « boutique ».  Le comparatif se passera donc entre ces deux versions. Et là, les surprises ne vont pas manquées.

Les lignes de cette Ferrari 250 LM sont bien rendues, même si la taille des vitres latérales semble un peu petite.

Ferrari 250 LM,version Altaya.Reconnaissable à ses jantes à rayons en plastique.La décoration est complète. Regardez les vitres latérales.A comparez avec la version Ixo.

 

Ferrari 250 LM,version Ixo.Les jantes  à rayons sont en métal. Le numéro 21 à l'arrière est mal orienté ! Plus de séparation sur les vitres latérales.

 

 

Passons en revu les principaux éléments qui constitue cette Ferrari.

Première différence visible, les roues. Sur la version Altaya, les rayons sont en plastiques,ils sont en métal sur la version Ixo. Avantage Ixo.

La décoration est complète sur la version Altaya. Sur la version Ixo,le numéro sur le capot arrière est mal orienté. A l’arrière,il manque l’écusson NART,ainsi que l’immatriculation. Avantage Altaya !

Les phares auraient du avoir leurs  logements peints en alu. Egalité.

Les bouchons de réservoirs sont simplifiés sur la version Altaya. Avantage Ixo.

L’entourage du pare-brise est peint en alu sur la version Altaya . Il est peint en alu et en noir sur la version Ixo. Avantage Ixo.

Les vitres latérales ont un séparation sur la version Altaya, absente sur celle d’Ixo. Avantage Altaya.

A l’arrière, les feux sont constitués d’une simple pastille rouge sombre sur la version presse. Sur la version boutique, la pastille est rouge translucide, et l’entourage est chromée. Avantage Ixo.

L’intérieur est peint et les harnais de sécurité sont présents sur la version Ixo. Pour la version presse, l’intérieur est noir. Avantage Ixo.

Les pots d’échappement sont noirs sur la miniature d’Altaya, et gris chromé sur l’Ixo. Avantage Ixo.

Les charnières sont peintes sur la version Ixo, et brute sur la version Altaya. Avantage Ixo.

Rarement une version boutique aura eue autant de défauts importants (décoration), vis-à-vis de sa version presse. L’idéale serait un mix des deux versions.

Vue de dessus.A gauche Altaya,a droite Ixo.On distingue l'intérieur peint de la Ixo.Admirez la finition de l'entourage du pare-brise de cette version.Les bouchons de réservoir sont exacts,contrairement à la version simplifié d'Altaya. Par contre,le numéro sur le capot moteur est bien orienté sur la version Altaya !

Le dessous des cartes.Pour cela,il faut la dévisser du socle,et là,surprise.On découvre un chassis tubulaire.Le pot d'échappement est peint sur la version Ixo,et noir sur celle d'Altaya.

Vue de l'arrière.A gauche,Ixo.Il manque l'écusson NART et la plaque d'immatriculation.

A droite,l'Altaya.Décoration complète ! Chercher l'erreur.

Plutot réussie cette Ferrari.Bienvenue dans ma collection.

Note : La Ferrari 250 LM de 1965 :

Inédite lors de la sortie de la première édition, elle est sortie en boutique depuis. C’est cette version que j’ai choisi, la version  produite par Best me semblant trop petite.

Intérêt : 9/10, ultime voiture de Maranello à remportée les 24 heures du Mans.

Forme : 7/10, dommage pour le pavillon, mais le capot avant est mieux rendu que sur la version Best.

Décoration : 9/10, Complète ! Ce qui n’est pas le cas de la version boutique …..

Finition : 7/10, correct, comme d’habitude, un peu de peinture (intérieur) suffira. Un seul regret, les jantes à rayons.

Note finale : 8/10. Pour une série presse, le résultat est tout à fait satisfaisant.

 

 

 

Devinette. Quelle est la version de cette fameuse mal aimée ? Si vous cherchez encore,recommencer la lecture de l'article !!

 

 

Des omissions surprenantes pour cette Ferrari 250 LM Ixo.

 

C'est fini pour aujourd'hui.N'hésitez pas à laisser des commentaires.Merci de visiter de petit blog.A bientot....

 

Publié dans lemanscollection

Commenter cet article