N°8,La Chrysler Viper GTS-R de 2000

Publié le par T.Beaufort

Edito :

Coucou.Les photographies sont (enfin) arrivées.Bonne re-lecture !

 

N°8,la Chrysler Viper GTS-R,succès story :

De gauche à droite. Chryler Viper Oréca Le Mans 98,Chrysler Viper Belmondo Le Mans 2000,et Chrysler Viper Oréca Playsation Le Mans 2002.

 

 

Si certains prototypes sont entrés aux panthéon du sport automobile,certaines voitures de la catégorie GT y méritent aussi leurs places. C’est le cas de cette Chrysler.

Parue dans la collection "100 ans de sport automobile",cette Chrysler inaugure la liste desViper reproduites en série presse. Il s'agit ici de la gagnante en GT2 de l'équipage Beretta/Lamy/Archer,lors de l'édition 1998 des 24 Heures.

Moins glorieuse,mais très joliement décorée,la Viper de Derichebourg/Martinolle/Lagniez.

 

Drôle d’histoire que celle de la Viper. Née concept-car, Chrysler décide de la produire en série. Dans un premier temps,la Viper s’appelle Dodge Viper RT 10. Elle a un hard top,elle est animé par un énorme V10 de 8 litres de cylindrée. Deux voitures courront même au Mans en 1994 sous cette forme. Ensuite,le cabriolet se transforme en coupé. C’est la naissance de la GTS. La version GTS-R est homologuée pour la compétition.

Pour des raisons de réseau de distribution en Europe,la Viper change de nom et devient la Chrysler Viper ,mais s’appelle toujours Dodge Viper aux USA.

En 1996 ,engagée en catégorie GT1,face au Porsche 911 GT1,Mc Laren F1 GTR,la Viper est encore un peu tendre.

En 1997,Oreca est chargé du développement de la voiture. Objectif,la victoire en catégorie GT2,et le championnat FIA-GT. Et là,une fois en route,il sera difficile d’arrêter la machine. De 1998 à 2000 inclus,la Chrysler Viper engrangera les succès. Victoire en GT2 au Mans en 1998,1999 et 2000,pour l’écurie Oréca. Par la suite,la voiture fera le bonheur des écuries privées,puisqu’on verra encore des Viper aux départ en 2003. (on retrouvera la dernière Viper à l’arrivée en 2003 dans le numéro ….56….patience !)

 

 

La voiture de ce numéro 8 est loin d’être la plus célèbre. Engagée par le Paul Belmondo Racing, elle abandonnera sans jamais avoir pu  lutter pour la victoire. Néanmoins,elle est très représentative des Viper engagées par des écuries privées. Et puis,sa jolie décoration vaux le détour.

Comment conjugé passion des 24 heures du Mans et jeux vidéo ?

Une Viper "Playstation",mais c'est bien sur.........

Ici,la version des 24 heures 2002,confiée au trio Belloc/Cochet/Tréluyer.Elle terminera en quatorzième position au général,et troisième de son groupe,derrière les deux Chevrolet Corvette C5-R.On en reparlera bientot.

 

Les 7 erreurs de la Chrysler Viper GTS-R :

Il faut vraiment faire attention pour remarquer,au premier coup d'oeil qu'il s'agit d'une série presse.

 

Nous voici certainement face à une des meilleurs affaires de la collection. En effet,la liste des reproches que l’on peut faire à un modèle issu d’une série presse,est très courte. Au premier coup d’œil,il est difficile de remarquer ce qui manque ,seul un examen approfondi, photographie à l’appui  permet de voir les différences. Pour ce comparatif,j’ai choisi la version « Playstation » de la Viper, engagée au Mans en 2002 par l’écurie Oréca,et qui était annoncée dans les deux éditions , dans le fascicule de présentation.

Annoncée dans les deux fascicules de présentation(édition 1de 2003 et édition 2 de 2005)la version "Playsation" n'est pas sortie.C'est la version du  Paul Belmondo Racing,qui sera reproduite dans la collection. Du coup,j'ai acheté aussi la version "boutique".

C'est avec cette Viper,que Chrysler a inauguré une série de trois victoires de catégorie en 1998.La Chrysler Viper GTs-R s'imposera encore en 1999 et en 2000,toujours grace à l'écurie Oréca d'Hugues de Chaunac.

 

 

Les lignes générales de cette Viper reproduites par Ixo sont très bien rendues.

Malgré tout,pour des raisons de simplification,c’est les crochets de remorquages avant et arrière qui ont disparus. Et une petite antenne sur le toit. C’est tout !

La décoration est quasi complète (il manque un autocollant « green » sur les cotés du diffuseur ),la peinture est jolie. L’intérieur est noir,il faut donc repeindre en bleu celui-ci ainsi que l’arceau de sécurité. Le boîtier sur le tunnel de transmission restant lui en noir,ainsi que la partie visible sous la custode. Pour fignoler,on pourra repeindre en alu les bas de caisse latéraux qui sont pour le moment noir. Une petite touche d’alu pour les attaches capots à l’avant, les orifices de remplissages dans la custode à l’arrière,ainsi que les tuyaux qui s’y raccordent. Enfin,le support d’aileron sera à repeindre en noir,ainsi que les prises d’air sur les passages de roues arrières.

Les rappels de clignotant sous les feux arrières,sont à peindre en orange et rouge.

Les puristes feront figurer les étiers de freins sur les disques. Bon courage !

C’est déjà fini.

C'est dans le traitement des détails,que la version boutique fait la différence.A l'avant,le crochet de remorquage est présent.L'intérieur du cockpit est peint.

Vue de l'arrière.Difficile de voir qu'il manque un tuyau (noir) sous la custode au centre.Les orifices de remplissage sont à peindre en aluminium.

 

 

Note : La Chrysler Viper GTS-R

Pour une fois,ce n’est pas une nouveauté. Je possédais d’autres variantes plus glorieuses. Par contre,elle devient inédite dans ma collection.

 

 

Intérêt : 8/10 , Cette Chrysler Viper est entrée au panthéon des GT du Mans. Par contre,le choix d’un modèle au palmarès plus intéressant aurait été judicieux.

Forme : 10/10, Très bien. Du Ixo comme on l’aime.

Décoration : 10/10, très réussie.

Finition : 9/10,un peu de peinture suffira….

Note finale : 9/10. Qui remarquera que c’est une série presse ?

Les deux Viper,devant les stands,au soleil.

En 2002,Oréca n'engageait qu'une seule Viper en GT2,face aux Corvette C5-R et à la Ferrari Marranello.L'effort principal portait sur la victoire finale avec  deux prototypes Dallara.La aussi,nous en reparlerons.

 

Voila,c'est déja fini.Allez,patience.....Je reviens dès que possible.

Publié dans lemanscollection

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article