N°7,La Porsche 956 de 1984

Publié le par T.Beaufort

Tout fini par arriver.Les photographies sont enfin arrivées.Article enrichi avec un bonus.(19/03/2006).

N'hésitez pas à laisser des commentaires.Merci à ceux qui l'on déja fait.Les précisions sur la Ferrari Testa Rossa étaient tès intéressantes.

N°7,La Porsche 956 C :

Les 2 versions de notre comparatf. A gauche,la miniature de Minichamps,à droite,celle produite pour Altaya. Difficile de les différencier au premier coup d'oeil.

 

 

 

 

 

 

A partir de 1982,une nouvelle définition des voitures d’endurance fait son apparition. Cette nouvelle catégorie est baptisé groupe C. Dans les grandes lignes,il s’agit de voiture à carrosserie fermée,d’un poids de 800 kilos,avec une hauteur de pare-brise de 1 mètre. Les moteurs sont libres,mais la capacité du réservoir est limité à 100 litres. Un moyen comme un autre d’obliger les motoristes à trouver le meilleur compromis puissance/consommation.

Porsche a préparé en vue de ce nouveau règlement,une voiture qui va dominer et écraser  le championnat du monde d’endurance ainsi que les 24 Heures du Mans. Cette voiture,c’est la Porsche 956, suivi de sa sœur jumelle la 962 C. Il faudra attendre 1987 pour que Porsche perde le championnat,et 1988 pour qu’une autre marque inscrive son nom au palmarès des 24 Heures.

La Porsche 956 produite pour Altaya. On remarque l'absence du petit bandeau rouge à l'arrière du capot moteur. Les jantes BBS à l'arrière sont faites en décalcomanies.

La meme,vue par Minichamps. La touche de rouge est bien présente,tout comme le sticker bleu. Les jantes sont plus détaillées.Les traces des gaz d'échappements sont visibles sur les flancs.Bref,c'est plus fin.

 

En 1984,l’usine Porsche boude les 24 Heures en raison d’un changement de règlement sur la consommation. Mais,la marque est néanmoins présente par l’intermédiaire des nombreuses écuries privées qui font courir cette voiture. Imaginez  de nos jours,14 Audi R8 aux départ ! C’est le cas cette année là avec entre autre,les teams Joest,Kremer,Fitzpatrick,Richard Lloyd,etc. ….La liste est longue. Face à cette armada,le Martini Racing aligne trois Lancia LC2.

Après une surprenante domination des Lancia,trahies finalement par leurs boites de vitesses,c’est la Porsche du Joest Racing piloté par Ludwig/Pescarolo qui saura gérer au mieux les problèmes de consommation. Retardée en début de course suite à des problèmes d’alimentation,elle remontera régulièrement et prendra le contrôle de la course le dimanche matin. Une quatrième et dernière victoire pour Henri Pescarolo, mais la première d’une longue série pour Reinhold Joest.

Pour la petite histoire,le même châssis,avec le même numéro 7 s’imposera…..12 mois plus tard, toujours aux couleurs du Joest Racing. C’est donc le célèbre châssis n°117 qui est le numéro…… 7 de cette collection.

Les deux voitures.....avant l'examen.Sur la version Minichamps,le crochet de remorquage avant est visible.Il est absent sur la version Altaya.

 

 

Les 7 erreurs de la Porsche 956 :

Cette Porsche 956 est une vielle connaissance. Il s’agit vraisemblablement de la reprise du moule sorti chez Quartzo quelques années auparavant. La base était excellente à l’époque et elle le reste encore aujourd’hui. Les lignes générales sont bien rendues et la finition,même pour une série presse est déjà très correct.

 

 

 

Pour notre comparatif,je dispose de la version sortie chez Minichamps.

Au chapitre des économies,les crochets de remorquages avant et arrière ont disparus. Et c’est tout !

Au chapitre peinture,bien sur l’intérieur n’est pas peint,mais le harnais de sécurité est bien là. Un bon point.

Même chose pour les radiateurs latéraux qu’il faudra repeindre partiellement en alu. Idem pour les supports sous l’aileron arrière,qui sont pour le moment noir. Dernier détail,les clignotants orange sur les feux arrières. Bref ,peu de chose à reprendre.

Pour la décoration,elle est quasiment complète. Seul manque sur les flancs,un stickers au dessus  du marquage BBS sur les flancs et à l’arrière droit,au bout du capot, un marquage orange identique à celui présent en haut du pare brise.

J’avais oublier,il manque le E et le triangle du coupe circuit en bas à droite du pare brise.

Au final,un bilan globalement très positif,même si tout n’est pas parfait.

Vue de dessus.A gauche Altaya,à droite Minichamps.On distingue bien le crochet de remorquage,le E et le trianle du coupe circuit sur le coté gauche du cockpit de la version "boutique".Les radiateurs latéraux ne sont plus intégralement noir.

 

 

Note : La Porsche 956

Modèle sortie chez Quartzo il y a quelques années. Ixo n’ayant plus la licence Porsche,c’est le moment ou jamais de l’acheter.,ou de la commander à votre marchand de journaux.

Intérêt : 10/10 , Cette Porsche 956 est entrée au panthéon des prototypes du Mans. C’est la dernière victoire d’Henri Pescarolo. Bref,elle est in-con-tour-nable .

Forme : 9/10, bien mais la version Minichamps est …encore mieux.

Décoration : 9/10, quelques oublis,rien de grave.

Finition : 9/10,un peu de peinture suffira….

Note finale : 9/10.

 

 

 

 

 

 

 

Voila,c'est fini.A suivre....

 

Bonus :

 

Parmi les trois photographies suivantes, saurez vous retrouver l'intrus ?

 

 

 

 

 

 Porsche 956 New Man,en apparence identiques,et pourtant,regardez bien,l'une d'elles n'a pas courrue en 1984. Laquelle ?

Réponse :

De haut en bas.Porsche 956 des 24 Heures du Mans 1984,produite par Minichamps. En dessous,la voiture reproduite pour Altaya dans la collection des 24 heures. Et la dernière...... c'est la version ,par Minichamps de la gagnante des 24 Heures...1985. Rappellez vous au début de l'article,le chassis n°117 s'est imposé deux années consécutives,avec la meme écurie,et une décoration presque identique. Vous l'aviez reconnue tout de suite. C'était facile.

Les trois miniatures réunies.La version 1985 est à droite.La disparition de "Pierlant" laisse toute la place à "New Man".

Une dernière photographie,vue de profil,des trois Porsche 956 du Joest Racing.Au premier plan ,la gagnante 1985.

Voilà,c'est fini,fini !

Publié dans lemanscollection

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article