Ma collection : Le dossier 905(1)

Publié le par T.Beaufort

Ma collection : Le dossier 905.

Première partie : 1990 et 1991,la mise en route.

La sortie récente de la Peugeot 905,gagnante de l’édition 1992,dans la collection des «  Monstres Sacrées de l’Endurance »,m’a donné envie de revenir sur l’histoire de cette voiture, dernière voiture française à avoir emporté les 24 Heures du Mans .C’était en 1993.

Et comme un certaine Peugeot « 908 » devrait * lui succéder dans la Sarthe très bientôt, je vous propose donc un petit historique en miniatures.

* : L’article avait commencé d’être écrit avant les 24 Heures du Mans 2007.



En 1986, Peugeot est engagé en rallye avec la célèbre 205 Turbo 16, reine du groupe B.

La tragédie du Tour de Corse sonne le glas de celui-ci.

Un nouveau programme sportif est élaboré pour 1987. La 205 T16 Grand raid affrontera les pistes du Dakar. Le succès sera au rendez vous, avec deux victoires en 87 et 88 pour la 205.

La 405 T 16 lui succèdera avec la même réussite en 1989 et 1990. Mais Peugeot ayant fait le tour de la question recherche un nouveau défi, tandis que Citroën arrive pour prendre la suite du programme rallye-raid .

Peugeot décide finalement de se lancer en endurance, avec une voiture répondant à la nouvelle réglementation, limitant la cylindrée des moteurs à 3500 cm 3. Ce sera la « 905 ».

Première saison : 1990

Pour préparer la saison 1991, Peugeot participera au deux dernières courses de la saison 1990, face aux Porsche 962 C, Sauber-Mercedes C11, et Jaguar XJR 12, reines du groupe C.

La miniature : C ‘est Vitesse qui fut le premier à proposé une reproduction industrielle de la 905, en version « test-car ». Petit cadeau de la part du fabricant portugais, le boîtage carton était aux couleurs de la 905.

100_0477-905-essai-3-4-avant.jpg
La première version de la 905. Les passages de roues arrières ne sont pas encore carénés.


A noter la aussi,la présence  de persiennes sur le capot avant.La voiture est encore très proche de la première étude.Petit détail qui ne se voit pas,les grands phares noirs sont fictifs. les vrais sont tout petits et cachés de aprt et d'autres de l'entrée d'air avant !

Seconde saison : 1991


Au menu de la saison 1991, des courses de 1000 kilomètres, mais surtout les 24 Heures. Face à la débutante 905, Jaguar engage sa nouvelle XJR 14,et Mercedes, une nouvelle C 291 . Enfin, Toyota promet de faire débuter sa nouvelle TS 10 en fin de saison.

La saison commence au Japon, sur le circuit de Fuji. Si Jaguar domine déjà avec son nouveau proto équipé du V8 Ford HB, badgé Jaguar, c’est la 905 qui l’emporte. Jaguar remportera les courses suivantes,
surclassant les 905.

100_0478-905-suzuka-91-vitesse-1.jpg
Première course,première victoire. La suite sera un peu plus compliqué face à Jaguar.

undefined
Des persiennes sont apparues sur le capot avant sur la version début de saison.

Au Mans, la situation se présente différemment. En effet, pour compléter le plateau, les anciennes groupe C sont autorisées, comme en championnat, mais ici, elles ont toutes leurs chance sur une épreuve de longue haleine, face  aux 3,5 litres, encore un peu tendre. Jaguar l’a bien compris, puisque si les XJR 14 sont bien là, elles ne participeront qu ‘aux essais. Jaguar compte plutôt sur sa XJR 12,avec son V12 de 5 litres , pour l’emporter face à Mercedes qui lui aussi a fait appel à son ancienne C11.

La grille de départ a réservé les dix premières places aux voitures de la nouvelle génération, permettant à la Peugeot 905 de se retrouver en pole position. Grâce à cette place sur la grille, les deux 905, animeront le début de course, avant de rentrer dans le rang. Jean Todt avait prévu de faire les « 6 » Heures du Mans. C’est a peu près ce qui arriva quand la dernière 905 se retira, boite bloquée.

100_0480-905-le-Mans-91.jpg
Ici,la version le Mans. Noter,l'écope de débourrage du assage de roue ,derrière la roue avant,ainsi que la protection thermique du carrénage arrière. La sortie du pot d'échappement n'est pas loin.

undefined
Au Mans,les persiennes avaient momentanément disparues.A noter la décoration minimaliste.Pas de gros sponsor extra-sportif.

Si la première partie de la saison avait été favorable en performance à la Jaguar, la seconde partie allait tourner à l’avantage de Peugeot qui présentait dès la course du Nurburgring une nouvelle 905 ; «  l’Evolution 1 bis ».

Cette nouvelle voiture disposait d’une carrosserie entièrement remaniée, fortement inspiré de la Jaguar, avec son aileron arrière biplan. A l’avant, un imposant aileron « pelle à tarte » complétait l’équilibre de la voiture. Grâce à cet imposant bond en performance, Peugeot l’emporte  par deux fois avec l’équipage Rosberg /Dalmas ,à Magny-Cours et Mexico. La saison se termine par la victoire de  Mercedes qui sauve l’honneur en gagnant sur l’autodrome d’Autopolis, ou Toyota fait débuter la TS10. Si Jaguar est champion, Peugeot prend une belle seconde place au championnat, devant Mercedes, pourtant tenant du titre.

100_0484.JPG
L'inspiration Jaguar est évidente pour cette nouvelle carrosserie.L'entrée d'air des radiateurs se fait maintenant sur le coté.

undefinedVue de profil,on voit bien l'aileron arrière bi-plan,d'inspiration Jaguar.

La miniature : C’est encore Vitesse qui proposa le premier la 905 en version début de saison, puis la version Evo 1. Quartzo par la suite proposa la version gagnante  à Suzu ka, ainsi que la version Mancelle.

A table.....!!!.. Vous l'avez compris,la suite sera pour une prochaine fois.

Publié dans lemanscollection

Commenter cet article